La célébration dans le Pôle missionnaire de Fontainebleau

La célébration des obsèques dans le Pôle Missionnaire de Fontainebleau

Le groupe obsèques est constitué d’une soixantaine de personnes, sous la direction du Père José Antonini, curé du Pôle Missionnaire de Fontainebleau, et la coordination de Dominique Banzet, qui assure la liaison entre les sociétés de pompes funèbres et les responsables de secteur.
Elles sont organisées en équipe paroissiales, avec des célébrants et des assistants, renforcés le cas échéant par des chanteurs et des instrumentistes. Toutes ces personnes sont totalement bénévoles. Elles assurent une mission d’Eglise, qu’elles ont reçue du Père José Antonini.
La célébration est généralement une bénédiction qui comporte plusieurs étapes :
• L’accueil et la présentation du défunt.
• Le signe de la lumière (on allume les cierges de part et d’autres du cercueil).
• L’annonce de la Parole.
• La prière de l’Église.
• Le dernier adieu, avec l’encensement (selon les paroisses) et l’aspersion du cercueil.
La famille apporte sa contribution en allumant les cierges, en lisant des textes et des prières, en apportant des témoignages au début de la cérémonie.
Dans le Pôle Missionnaire de Fontainebleau, près des 70 % des célébrations sont assurées par des laïcs. Ils en ont reçu le pouvoir par leur baptême, sous mandat personnel du curé du pôle.
Si la famille tient absolument à la présence d’un prêtre, elle doit le préciser d’emblée à la société de Pompes Funèbres, qui attendra de connaître la disponibilité du prêtre pour fixer la date de la célébration ; sauf exception, celle-ci ne pourra pas avoir lieu le lundi, jour de repos hebdomadaire des prêtres.
Plutôt que de se focaliser sur la présence d’un prêtre à la célébration des obsèques, la famille doit, chaque fois que c’est possible, proposer à la personne en fin de vie le sacrement des malades, que seul le prêtre peut administrer, et qui lui apportera, ainsi qu’à ses proches, un réconfort à la mesure de la ferveur qu’ils auront manifestée. Si la famille a du mal à trouver un prêtre pour le sacrement des malades, elle peut toujours appeler le coordinateur, qui fera le nécessaire.
Si la famille connaît plus spécialement un prêtre, et que celui-ci a prévu d’assister à la célébration, on lui proposera tout naturellement de la présider.
Le prêtre peut, si l’assemblée s’y prête, décider de célébrer l’eucharistie.
Si la famille le souhaite, l’équipe d’obsèques peut la suivre au cimetière, pour dire une dernière prière, en accord avec le maître de cérémonie de la société de pompes funèbres.
Une messe sera dite à l’intention du défunt, en général le premier dimanche suivant la célébration. La famille est invitée à y assister.
La famille peut demander à rencontrer le prêtre en-dehors de la célébration, à une date à convenir. Elle peut aussi faire dire des messes à l’intention du défunt, n’importe quand après la célébration. Elle a la possibilité de rester en contact avec l’équipe d’obsèques, qui pourra l’aider à faire son chemin de deuil, et l’orienter vers des activités susceptibles de l’aider à surmonter sa peine, comme les sessions Alpha, les cellules paroissiales d’évangélisation ou les Serviteurs de la Miséricorde.