« Nous aimer les uns les autres »

Entre Ascension et Pentecôte, entre le départ de Jésus et la venue de l’Esprit Saint, les textes de ce dimanche sont très forts : il y est beaucoup question d’amour et d’unité. Les « frères » sont « réunis », et on complète le collège des douze Apôtres (première lecture). Puis, saint Jean redit l’importance première de l’amour : nous aimer les uns les autres, telle est bien notre vocation d’enfants de Dieu mais aussi le témoignage que nous avons à donner. Enfin, dans l’Évangile, Jésus prie pour l’unité de ses disciples. Cette unité, dans la vérité, est en effet pour tous source de joie : une joie dont Jésus souhaite que nous soyons vraiment comblés.

 

Depuis le jour où Jésus fut « élevé, dans une nuée », Dieu, en quelque sorte, n’est plus visible aux yeux des hommes. Et désormais, c’est par le témoignage de ses disciples qu’il peut être connu : « il les a tant aimés », dit Jean, qu’il « demeure » en eux. L’expression, très forte, signifie que l’amour authentique vécu entre les chrétiens rend vraiment témoignage au Dieu invisible. Voilà pourquoi nous devons « nous aimer les uns les autres », dans la fidélité et l’unité (Évangile), pour rendre témoignage au Dieu de Jésus Christ. C’est l’Esprit Saint qui fait de nous ces bien-aimés  du Père, depuis notre baptême.

 

Si nous avons à rendre témoignage de l’amour qui nous unit, c’est bien sûr en ce monde. Or, Jésus en a connu toutes les difficultés, toutes les contradictions. Il sait les oppositions que son message a rencontrées, il sait que la vérité de son amour lui coûte sa  Passion, sa condamnation, il prie donc le Père pour tous ceux qui, comme lui, annonceront la « parole de vérité » et la fidélité  à l’amour du Père. Il sait les risques que courent tous les témoins, les passionnés de vérité. Il ne peut pas nous éviter cette épreuve du monde.

Père José