Ne passez pas à coté du bonheur!

Comme dimanche dernier, en maître  bienveillant, Jésus continue d’enseigner  à ses disciples à être libres de toute entrave et nous invite à tous tenir prêts.

«  Veillez ! » Jésus demande   à ses disciples d’être vigilants pour être présents  au moment de la rencontre, pour être là quand Dieu apparaît. Dans la parabole de ce dimanche, les serviteurs éveillés et disponibles pour le retour du maître seront heureux. C’est là l’essentiel ! Et ce qui les rendra heureux, ce n’est pas qu’ils ne seront pas surpris en train de dormir, comme un enfant ou un mauvais élève prie e n flagrant délit de faute. Il n’y a pas de menace dans les propos de Jésus. Les serviteurs seront simplement heureux d’être présents à la rencontre comme on peut l’être au moment de revoir quelqu’un qu’on apprécie.

 Veiller consiste à se donner la possibilité de ne pas passer à côté des moments importants. Jésus insiste sur l’absence de calcul que suppose cette attitude. « C’est  à l’heure où vous n’y penserez  pas que le Fils de l’homme viendra ». Il n’est donc pas ici question de mémoire, d’intelligence ou de stratégie. Être prêt est une façon d’être au monde.  

L’appel de Jésus en ce dix neuvième dimanche du temps ordinaire est donc un appel pressant à ne pas se tromper. Le propos de Jésus  est donc juste. L’entrée  dans le royaume  de Dieu est une question de choix et de disponibilité intérieure.  Ne pas  passer à côté d’une rencontre  suppose  d’être vigilant et de ne pas  se laisser accaparer  par de faux  enjeux. Il s’agit de rester  éveillé, attentif, prêt à accueillir, à l’improviste et sous  des aspects peut-être inattendus,  la porte discrète qui mène à Dieu.

Père José