Le seul chemin de bonheur, c’est de mettre en Dieu sa confiance.

Dans la lecture que nous faisons de l’évangile selon saint Luc au cours de ces dimanches, nous avons entendu dimanche dernier le récit de la pêche miraculeuse et comment Jésus entraîne avec lui ses premiers disciples. Voici qu’à ces quatre premiers, il adjoint d’autres hommes qu’il appelle pour constituer le groupe des Douze qui vont être ses apôtres. Ce groupe constitué des Apôtres entoure le Christ dans une rencontre avec une foule nombreuse venue de différents endroits. Nous avons là une sorte d’assemblée construite autour du Christ avec le groupe des douze qu’il a choisis, quelques disciples sans doute qui les accompagnent, le groupe des Judéens et des gens de Jérusalem et une foule.

Devant cet ensemble, le Christ prend la parole. Il s’adresse aux disciples, nous dit saint Luc. Les paroles que Jésus va dire sont donc directement destinées à ce groupe choisi par lui, qu’il a composé lui-même pour être le support de sa mission, pour l’accompagner pendant sa mission, et pour continuer sa mission après qu’il aura rejoint le Père. Ce discours dévoile d’une certaine façon le contenu, le programme de cette mission.

Pour le Christ, ce qui constitue le bonheur de l’homme, c’est de se confier à Dieu, de lui faire confiance, c’est d’accueillir sa Parole et de la mettre en pratique, c’est recevoir la loi du Seigneur comme une source de vie. Autrement dit, c’est croire. C’est la première des conditions. « Celui qui met sa confiance dans le Seigneur, celui-là connaîtra le bonheur, connaîtra la vie ».

À la lumière de l’évangile de ce dimanche, le Seigneur nous invite aujourd’hui à reprendre conscience de l’enjeu de nos choix de vie. Qu’est-ce qui compte le plus pour nous dans la vie ? Sur quoi comptons-nous pour être heureux ? En qui mettons-nous notre confiance ? Mettons-nous notre confiance dans le Seigneur, acceptons-nous ce qu’il nous propose comme chemin de bonheur et de joie ou, au contraire, cherchons-nous à trouver nos propres solutions, au risque que s’y substitue le dégoût de nous-mêmes et le désespoir ? C’est cela que le Christ va essayer de démontrer par le chemin qu’il va parcourir avec ses Apôtres pour aider les hommes à comprendre que le seul chemin de bonheur, c’est de mettre en Dieu sa confiance.

Père José