« Il y  a des derniers qui seront premiers, et des derniers qui seront derniers. »

Qui  n’a pas utilisé cette expression pour justifier un retard avec un peu trop de légèreté peut-être, sans mesurer son véritable enjeu ? L’évangile de ce dimanche nous donne de redécouvrir le sens profond de cette invitation à l’humilité.

« N’y a-t-il  que peu de gens qui soient sauvés ? » La tentation est grande de faire nous-mêmes le tri  entre ceux qui seront sauvés et ceux qui ne l e seront pas. Car n’en doutons pas : il y a bien deux voies. Celle qui mène à la vie et celle qui mène à la mort. Toute l’Écriture est traversée par cette dualité. « Je mets aujourd’hui devant toi ou bien la vie et la bonheur, ou bien la mort et le malheur » (Dt 30, 15). Et jésus enfonce le clou : « Efforcez-vous d’entrer  par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas. »

Ce que le Seigneur veut nous faire  entendre ce dimanche, c’est un encouragement à avancer sur le chemin de la vie. La vie est une  tâche à accomplir, une œuvre à réaliser. «  Il nous faut travailler aux œuvres de celui qui m’a envoyé », dit Jésus à ses apôtres.  Et ces œuvres, ce sont celles de la charité par laquelle Dieu sauve le monde. A nous, maintenant, d’exercer cette charité autour de nous. Alors,   nous entrerons  par la porte étroite qui a la forme de la croix. C’est l’ unique ouverture dans le mur de la mort. Pour y passer, il faut dès à présent apprendre à ouvrir ses bras par la charité.

A la lumière de l’enseignement du Christ, nous avons bien compris le message. Si la porte est étroite, elle est cependant à hauteur de notre humanité. Le salut n’est pas affaire de mondanité ou d’appartenance. Il est affaire d’amour et de charité. Les  sauvés ne seront pas ceux qui ont des relations ou des places attitrées, ceux qui savent ou qui pas…  L’enseignement  de Jésus est donc une Bonne Nouvelle car Jésus insistera  pour dire  combien ceux qui frappent à la porte seront accueillis et reçus. En  maître  respectueux de ses disciples,  Jésus tente de rectifier les projections et de casser  les peurs. Demandons donc  avec humilité,  mais également avec joie et confiance que la porte s’ouvre.

Père José