« Donnez-leur vous-mêmes à manger ! »

Le Seigneur nous aime d’un amour à nul autre pareil. Il s’engage à nos côtés jusqu’à faire alliance avec nous. Il comble nos attentes, nos faims et nos soifs. Il s’intéresse à nos besoins. Jésus aime ces foules qui le suivent. Foules sans berger, en quête d’espérance. Il responsabilise ses disciples et multiplie les pains : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ! »

Le temps du confinement a été, pour beaucoup, un temps de faim, de désert et de privation, en particulier de l’Eucharistie et de relations aux autres. Cette faim a-t-elle touchée et enrichi notre foi ? Et voici que ce premier dimanche d’août nous parle de don à profusion : une parole, celle du Christ, qui se donne sans limite à ces foules qui avaient faim de la parole donnée par Jésus.

Avec de petits moyens disponibles, cinq pains et deux poissons, le partage, avec la grâce de Dieu, devient profusion. Il y a même des restes ! Jésus offre ce qu’il a et présente ce qui manque. Dieu fait le reste. C’est à partir de ce qui est déjà là, présent ou à l’état de manque que la vie, l’abondance peuvent surgir. Ces grandes corbeilles remplies de pain et de poissons sont le signe de la surabondance du don de Dieu. On ne l’accueille que dans la foi. Il y a là une invitation en une confiance simple que tout est donné, à condition d’offrir le monde qui est le nôtre. Prémonition de l’Eucharistie, cette distribution réalise la naissance du peuple des croyants qui deviendra Corps du Christ.

« Donnez-leur vous-mêmes ». Désormais la mission prend corps. En, effet, le service de la Parole et du partage du pain est mis en œuvre. Les ouvriers de la mission sont à l’action et cela dure depuis plus de vingt siècles ! Rendons grâce pour ce service du peuple de Dieu, reprenons le flambeau et devenons, aujourd’hui, les missionnaires que le monde attend ?

Père José