Christ, Roi de l’Univers !

Nous voilà au terme d’une année liturgique, en ce dimanche qui célèbre le Christ « Souverain de l’Univers », qui nous associe déjà à sa royauté. Dimanche prochain, nous en commencerons une nouvelle avec l’Avent. Comme un couronnement à cette année qui s’achève, nous fêtons donc celui qui n’est pas roi à la manière des princes d’ici-bas mais qui s’abaisse et livre sa vie pour tous, afin que tous nous régnions dans la gloire à ses côtés. Déjà, dimanche dernier, souvenez-vous, l’évangile selon saint Marc nous annonçait non pas la fin du monde mais la fin d’un monde, le monde où ne règne pas l’Évangile du Christ mais le chaos, la loi du plus fort et de l’inhumain.

La fête du Christ-Roi veut convertir nos cœurs et nos représentations, pour que nous comprenions que la véritable puissance ne réside pas dans le pouvoir et la puissance temporelle mais, mystérieusement, dans l’abaissement et le don de soi. Son règne est celui de la justice et de l’amour, objet de toute espérance et dont l’édification patiente est la mission de chaque homme.

Voilà donc le vrai Roi de l’Univers, celui qui donne sa vie pour ses sujets et c’est pourquoi son trône est une croix, un instrument de mort qu’il va transfigurer en un instrument de Vie. C’est bien ce qui se passe dans cet évangile. Ce brigand que

l’on appelle le bon larron, après avoir reconnu le mal qu’il a pu faire, reconnaît son roi : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume » (Lc 23, 42). Ce royaume n’est pas pour plus tard mais pour aujourd’hui : « Je te le dis, aujourd’hui, avec moi tu seras dans le Paradis » (Lc 23, 43). Pénétrer dans le royaume de Dieu, devenir le sujet de ce roi capable de donner sa vie pour moi par amour, c’est entrer dans une relation personnelle et intime avec le Christ lui-même : « tu seras avec moi… »

La royauté selon l’esprit du monde, celle que nous imaginons spontanément dans nos rêves de gloire trop humaine, ne génère que la division, la jalousie et la mort. Alexandre le Grand, César, Napoléon, et bien d’autres, sans même évoquer les tyrans qui ont régné au 20e siècle et dont certains règnent encore aujourd’hui, tous ceux-là, ont semé la destruction.

La royauté de Jésus, elle, fait jaillir la Vie : il guérit les malades, ressuscite les morts, rend la dignité à tous ceux qui l’ont perdue. Sa Résurrection nous fait entrer dans la Vie éternelle. Jésus sur son trône, la croix, donne sa vie par amour, pour chacun de nous, pour ceux surtout qui se croient rejetés, abandonnés, ignorés, méprisés. Jésus ne sème que l’Amour.

Père José