Cette parole, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit !

À partir d’aujourd’hui, pour cinq dimanches, nous nous laissons guider par saint Luc. Et tout d’abord, en ce dimanche et dimanche prochain, nous entrons dans la synagogue de Nazareth, le village où Jésus a grandi. Ses compatriotes n’ont pas compris la chance qui était la leur lorsque Jésus a lu et commenté pour eux l’Écriture, comme lui seul pouvait le faire ! Chaque dimanche, en Église, nous avons ce bonheur à découvrir…

Lorsque Jésus, dans cette synagogue de Nazareth, achevait la lecture d’Isaïe en disant : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre », il ne traduit pas le texte, il n’en donne pas une interprétation verbale. Il présente sa personne comme une actualisation de la Parole de Dieu écrite avant lui. En faisant cela, il donne à comprendre quelque chose de lui, de qui il est et de qui il sera, ainsi que du renouvellement de l’Alliance dans lequel il s’engage. C’est un acte fort et inédit qui souligne que sa vie entière fait sens, incarne au présent ce que l’Écriture annonce.

Par lui, les prophéties se réalisaient par : l’annonce de la Bonne Nouvelle aux pauvres, la libération et la guérison pour l’humanité…

Deux mille ans plus tard, cela doit rester vrai. Nous sommes le Corps du Christ, écrit saint Paul. Chaque membre de ce Corps prend le relais de la mission du Christ.

Nous annonçons la Bonne Nouvelle aux pauvres en tout genre, en leur donnant leur place et leur voix dans nos églises. Nous sommes porteurs de libération pour tous ceux et celles qui désespèrent derrière des barreaux de souffrance, de solitude, d’exclusion ou d’injustice. Nous transmettons la lumière par le témoignage de notre foi. Nous annonçons une année de bienfaits par le pardon donné, par la vie offerte, par l’accueil fraternel.

Nous sommes émerveillés jusqu’aux larmes de joie parce qu’en agissant ainsi nous avons enfin compris la Parole. Il n’y a pas de passivité possible en face de la Parole de Dieu. Chacun est appelé à actualiser ce que la Parole lui dit aujourd’hui même.

Père José