Procession Saint Aubin

En raison du grand froid annoncé, la procession à la fontaine St AUBIN est reportée à une date ultérieure.

 

Nous perpétuons les processions des paroissiens d’Avon, qui partaient « en chantant des hymnes et des cantiques » avec les confréries de St FIACRE d’Avon Fontainebleau et St VINCENT.

Messe à St Paul à 9h30, procession par la forêt de 10H30 à 11H3O accessible à tous facilement, bénédiction de l’eau, bénédiction des fidèles, puis repas tiré du sac sur place.

Extrait de Randosacaudos

Voici ce que l’abbé Camille Vayer, curé d’Avon en 1945, nous dit à propos de cette fontaine :

« Au bord de la Seine, entre le Bois Gauthier et le Château de la Rivière, il y avait autrefois une chapelle dédiée à Saint-Aubin. A proximité, dans le petit pré qui l’entourait, murmurait une source. C’était là un lieu de pèlerinage bien connu des Avonnais. Jusque vers la fin du XIXe siècle, chaque année, le 1ermars, les pèlerins se réunissaient de grand matin à l’église paroissiale d’Avon, d’où l’on partait en procession ; les confréries du Saint Sacrement, de la Sainte Vierge, de sainte Anne, de saint Roch, de saint Sébastien, de saint Jacques, de saint Louis et de saint Fiacre, prenaient la tête avec leurs bannières et insignes. Le clergé paroissial, augmenté d’une délégation des Trinitaires, fermait la marche. On avait ainsi un imposant cortège qui se dirigeait, en chantant des hymnes et des cantiques, vers la chapelle Saint-Aubin.
Au sanctuaire, une messe solennelle était célébrée avec la pompe des plus grandes fêtes. On se rendait en procession à la fontaine. Le soir avant le retour, on chantait les vêpres et la procession se formait à nouveau pour revenir à l’église. Saint Aubin, dont le culte était très populaire dans la région, était invoqué par les mères de famille pour leurs enfants malades. L’eau de la source, recueillie dans une fontaine voûtée qui subsiste encore de nos jours, était réputée excellente contre les fièvres »
. « On y menait aussi les enfants pour les rendre résistants et non maladifs ».