Mercredi des Cendres

 

Mercredi des cendres

Le carême prépare à la fête de Pâques célébrant la résurrection du Christ. Il s’agit d’un temps de pénitence et de conversion. L’Église propose à ses fidèles l’exemple de Jésus-Christ pendant sa période au désert, se préparant à la célébration des solennités pascales, dans la purification du cœur et la pratique parfaite de la vie chrétienne. La prière, le partage et la recherche d’une plus grande disponibilité intérieure sont au cœur de cette démarche. Le partage peut prendre différentes formes, notamment celle du don.

 

L’entrée en carême est marquée par l’imposition des cendres le mercredi : le prêtre dépose un peu de cendres sur le front de chaque fidèle, en signe de la fragilité de l’homme, mais aussi de l’espérance en la miséricorde de Dieu. Tout en le marquant, le prêtre dit au fidèle : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »

Lorsque le carême s’est constitué comme temps de pénitence au IVe siècle, l’obligation du jeûne était très rigoureuse : un seul repas le soir, sans viande ni œuf, ni laitage, ni vin. Il s’est progressivement adouci. Le jeûne est aujourd’hui limité au mercredi des Cendres, aux vendredis de carême, sans oublier  le Vendredi saint. Il a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa parole. Il n’est pas seulement un moment de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône. Les malades, les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants sont dispensés du jeûne.