Grand débat national

En réaction au mouvement dit « des gilets jaunes », révélateur « d’un malaise très profond et très ancien », le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France appelle les catholiques et leurs concitoyens à entreprendre une réflexion et à susciter partout où ce sera possible des groupes d’échanges et de propositions pour sortir de la crise. « Sans se substituer aux politiques, l’Église offre un espace pour faire grandir la fraternité », « il en va de notre capacité collective d’espérer et de bâtir l’avenir » (texte à retrouver sur https://eglise.catholique.fr/)

Cinq questions nous sont proposées comme pistes de réflexion :

1/ Quelles sont selon vous, en essayant de les hiérarchiser, les causes principales du malaise actuel et des formes violentes qu’il a prises ?

2/ Qu’est-ce qui pourrait permettre aux citoyens dans notre démocratie de se sentir davantage partie prenante des décisions politiques ?

3/ Quels sont les lieux ou les corps intermédiaires qui favoriseraient cette participation ?

4/ Quel « bien commun » recherché ensemble pourrait fédérer nos concitoyens et les tourner vers l’avenir ?

5/ Quelles raisons d’espérer souhaitez-vous transmettre à vos enfants et petits-enfants ?

Le Père José encourage tous ceux et celles qui le peuvent, à participer, d’une manière ou d’une autre, au Grand débat national, éclairés par la doctrine sociale de l’église.

Pour nous aider à réfléchir, nous pouvons puiser dans la doctrine sociale de l’Eglise, en particulier dans le DOCAT – Que Faire? publié à la demande du Pape François.

N’hésitons donc pas à participer aux débats souhaités par le Président de la République et à rendre compte de notre espérance de Chrétiens face à nos concitoyens en quête de sens.

La rédaction