Déconfinement école st Louis

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Nom d’un petit pangolin ! » *

 

Entretien avec Madame Kechichian, directrice de l’école Saint Louis de Fontainebleau

 

Bonjour Sophie ! Depuis combien de temps êtes-vous la directrice de cette jolie petite école ?

 

Depuis 3 ans et enseignante dans cet établissement (anciennement Cours Branger) depuis 18 ans !

En temps « normal », nous accueillons 180 enfants, maternelles et primaires, répartis dans 7 classes  et encadrés par 10 enseignantes (dont une ASH que nous partageons avec l’école Sainte Marie) ainsi qu’une dizaine de personnels OGEC.

 

Vous sortez tout juste du confinement ?

 

En fait, l’école est restée ouverte, sans interruption, depuis le 16 mars, pour l‘accueil des enfants désignés prioritaires (personnels médicaux et représentants des forces de l’ordre). Les enseignantes et les membres du personnel ont assurés une présence, par roulement, tous les jours.

En parallèle, les enseignantes ont réalisé un énorme travail pour assurer « la continuité pédagogique » en distanciel. L’utilisation des outils numériques leur a permis de rester en lien avec tous leurs élèves.

Il convient vraiment de remercier les parents d’avoir joué le jeu et de s’être investis dans leur « métier provisoire » ! Cela n’a pas été toujours évident.

 

Comment se déroule, à présent, le déconfinement et ce retour à l’école ?

 

De façon très progressive et dans le strict respect  du protocole sanitaire !

En amont, une étroite concertation, dans le cadre de visio-conférences, a donné lieu à une coordination entre les établissements publics et privés de la ville, en lien avec la mairie. Ceci a été très appréciable. Collaboration aussi avec les autres établissements privés du secteur avec un partage d’outils indispensables à la reprise !

Lors des deux journées pédagogiques, en début de semaine dernière, tout a été mis en place par l’équipe éducative afin de favoriser la mise en œuvre des gestes barrières et la distanciation physique, de l’aménagement des classes, des règles de circulation…

Les premiers élèves de CP et de CM2 ont été accueillis jeudi et vendredi dernier, la priorité ayant été donnée aux classes charnières.
Les grandes sections de maternelles et les CE1 sont rentrés ce lundi.

Les CE2 et les CM1 nous rejoindront à partir du 25 mai et les maternelles, début juin.

La restauration fonctionne à nouveau depuis le début de cette semaine et nous sommes reconnaissants à Monsieur Gautier, notre traiteur (entreprise la Gâtinerie) de reprendre le service, même avec un nombre de convives réduit !

 

Quelles sont les premières réactions des uns et des autres ?

 

   Les enfants ont un énorme besoin de parler, de raconter comment cela a été vécu à la maison ! Cela n’a pas été facile pour tout le monde ! Rester confinés à 4 dans un petit appartement ou ne pas voir ses parents durant deux mois, parce que l’on était chez les grands-parents, a marqué certains enfants.

Certains sont moins bavards, mais s’expriment par d’autres moyens, comme le dessin ou à travers le jeu…

Nos petits écoliers sont globalement bien disciplinés vis-à-vis des consignes, même si la distance physique reste un peu compliquée durant les récréations !

Il faut reprendre un rythme mais les enfants comprennent que c’est l’école autrement : on ne fait plus comme avant, on ne peut pas prendre un livre ni toucher un jeu librement !

Certains ont été déçus de ne pas retrouver tous leurs copains !

 

Les enseignantes – enthousiastes et « masquées » – toutes présentes – assurent, en parallèle du présentiel, le distanciel pour les enfants qui continuent l’école à la maison !

 

Les parents sont, je crois, confiants et rassurés !

 

Malheureusement, nous ne pouvons pas accueillir tous les élèves, mais nous essaierons d’augmenter notre capacité au fur et à mesure, 2 jours par semaine et à mi-temps.

Lors du sondage préalable que nous avions réalisé, un bon tiers des parents avaient exprimé leur volonté de ne pas remettre les enfants à l’école, un tiers se posait la question, le dernier tiers n’ayant pas le choix et se trouvant dans l’obligation d’envoyer les enfants en classe, en raison de leurs impératifs professionnels.

 

Quels enseignements tirez-vous du confinement ?

Je pense que beaucoup de parents portent désormais un nouveau regard sur le métier d’enseignant qui est bien – de fait – un métier à part entière !

Les outils numériques ont été à l’honneur, dans ces circonstances particulières, et tout le monde  a dû s’y mettre, découvrant, du coup, l’intérêt de ces technologies devenues aujourd’hui indispensables et qui constituent un support très utile … même si l’on ne doit pas oublier que certaines familles ne sont pas encore toutes équipées. La solidarité de nos parents a permis d’équiper 3 familles qui n’avaient pas d’ordinateurs, afin de permettre aux enfants de rester en lien avec nous.

En parallèle, chacun redécouvre la richesse de la relation pédagogique, le besoin du lien social et la dynamique collective des apprentissages dans une classe. L’ordinateur ne pourra jamais remplacer complètement la relation maître-élève ni la richesse des relations entre pairs !

La solidarité a été formidable, au niveau de l’école : des parents nous ont fabriqué des visières, donné des masques et du gel hydroalcoolique, fourni les bonnes adresses pour les commandes indispensables ainsi que de judicieux conseils.

C’est un côté très positif de cette crise sanitaire.

 

  • Et comme le chante Aldebert, le chanteur-star des enfants sur les réseaux sociaux, dans sa mélodie amusante pour accompagner le retour à l ‘école des plus jeunes: «  le Corona Minus – un tout petit, mais très dangereux virus – s’est posé sur la terre ! C’est à nous, petits et grands, super-héros du quotidien, de nous unir pour l’éliminer… »

Propos recueillis par Catherine PHILIPPE