Arrivée de sœur Cynthia

Arrivée de sœur Cynthia

 

La paroisse saint Louis se réjouit d’accueillir sœur Cynthia, à compter du 1er octobre !

 

Faisons sa connaissance …

 

Bonjour sœur Cynthia ! Quel large sourire ! Présentez-vous !

 J’ai 38 ans, je suis nigériane et j’appartiens à la congrégation des sœurs de la Sainte Famille des Nécessiteux, un institut religieux fondé en 1983, au Nigeria, par le Révérend Père Denis ONONUJU (C.S.Sp.).

Nous sommes actuellement près de 260 religieuses, principalement au Nigéria.

Nous sommes missionnaires, selon nos constitutions et sommes présentes également au Congo-Brazzaville, en France, en Italie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

 

Quel est votre apostolat ?

L’Amour de Dieu et l’Amour du prochain !

Notre institut a pour objectifs principaux de sauvegarder les droits de l’enfant à naître, d’assister les mères célibataires et de subvenir aux besoins des pauvres, des malades et des nécessiteux, de venir en aide à tous ceux qui souffrent de pauvreté matérielle, psychologique, les personnes âgées, handicapées, rejetées ou abandonnées.
La Sainte famille de Nazareth reste notre modèle, mais nous vivons la spiritualité de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, c’est à dire « l’Amour ».

« Je serai très heureux de dépenser et de me dépenser tout entier pour vous » : tel est l’esprit de notre fondateur.

 

Quel a été votre parcours, avant de devenir religieuse ?

Je suis l’avant dernière d’une fratrie de 6 enfants et c’est durant ma scolarité secondaire que j’ai pensé m’engager dans la vie religieuse. Il y avait une communauté des sœurs du cœur immaculé de Marie qui vivaient à proximité de mon village.

J’ai travaillé ensuite comme institutrice et comme professeur de langue au collège où j’enseignais l’ igbo qui est ma langue maternelle (NB : les igbo sont une ethnie habitant le sud-est du Nigéria : ils constituent 18% de la population du pays et représentent ainsi le troisième groupe ethnique du pays. Ils parlent l’igbo, une langue de type nigéro-congolais)

 

Depuis quand êtes-vous en France ?

Il y a un peu plus d’un an : je suis arrivée en juillet 2019, à la demande de notre supérieure générale.

J’ai d’abord passé un mois à Paris, chez les spiritains, dans la maison mère historique, rue Lhomond (5ème arrondissement) et je suivais des cours de français à l’Institut Catholique… avant de rejoindre ensuite la communauté d’ Ecuelles (Seine-et-Marne).

Nous sommes trois religieuses dans la Maison Magdalena : sœur Stelina, nigériane également, en est la supérieure et sœur Germaine qui est togolaise.

Nous avons d’autres maisons en France : à Combs-la-Ville, Sannois, Villeneuve-saint-Georges. Nous accueillons d’anciennes prostituées, des mères célibataires en difficulté et nous travaillons également avec les Orphelins Apprentis d’Auteuil.

 

 

Etiez-vous déjà venue en Europe avant cet envoi en mission ?

 Non, c’est la première fois !

 

Quelles ont été vos premières impressions, positives ou négatives, arrivant en France ?

La France est un pays très organisé et les gens que j’ai rencontrés ont été gentils : j’ai le sentiment d’avoir été bien accueillie !

Il fait froid … et la nourriture est très « dépaysante ». Je me suis habituée peu à peu à la cuisine européenne mais les débuts ont été très difficiles !

 

Qu’allez-vous faire, ici, à la paroisse ?

Je vais rendre divers services : accueillir les personnes et assurer une présence, tenir la sacristie, faire du catéchisme et m’insérer progressivement dans la vie paroissiale…

 

MERCI sœur Cynthia et à très bientôt …

                                                                                                                                       Interview réalisé par Catherine PHILIPPE